Saison 3 – E 33 : Comment sortir de nos conditionnements ?

 

Je suis ravie de vous retrouver dans ce nouvel épisode où je vais vous faire des retours d’expérience pour vous transmettre les apprentissages que j’ai pu tirer de mon propre cheminement.

Aujourd’hui, j’ai envie d’aborder avec vous l’une des manières dont nous pouvons sortir de nos conditionnements.

Tout d’abord, il est important de rappeler que nous sommes tous des êtres uniques et que nous avons tous notre propre singularité.

Toutefois, nous nous sommes éloignés peu à peu de notre authenticité et ce pour plusieurs raisons.

Parmi elles, il y a les fameux drivers, que nous avons eu l’occasion d’aborder dans l’Episode 31 « Lorsque l’épuisement vient toquer à notre porte » avec Sylvie Portas qui nous avait présenté leur pendants négatifs mais également positifs.

C’est important de rappeler que certains de nos conditionnements peuvent nous limiter dans nos aspirations, alors que dans d’autres cas, ils peuvent nous permettre de nous dépasser. Tout dépend des circonstances.

J’avais envie de revenir sur ces drivers c’est-à-dire ces injonctions que nous avons pu entendre durant notre enfance et notre adolescence et qui ont fini par nous conditionner.

Alors, bien sûr, il ne s’agit pas de le reprocher à notre entourage mais plutôt de prendre conscience de ce qui nous influence, afin d’adopter les comportements qui nous semblent justes pour nous.

Il existe 5 drivers :

  • « Sois parfait »  que nous avons pu intégrer avec des messages du type « tu peux mieux faire » ou « tu dois être le ou la meilleur(e) de la classe ». Avec un tel driver, très souvent, nous ne nous sentons jamais à la hauteur et nous doutons constamment de nous-mêmes. Par conséquent, nous sommes très exigeants envers nous-mêmes et donc envers les autres. Par crainte d’être jugé et de décevoir, nous allons nous conformer et tenter d’être parfaits pour les autres. Notre valeur passe par le regard des autres.
  • « Sois fort » que nous avons pu intégrer en entendant des messages du type « il faut être courageux », « il ne faut pas pleurer » ou « la vie est dure ». Nous avons appris à nous couper de nos émotions en les refoulant et à ne pas écouter nos propres besoins. Avec un tel driver, nous sommes souvent en conflit avec nous-mêmes et aussi avec les autres parce que la communication et la régulation des émotions sont difficiles.
  • « Dépêche-toi » que nous avons pu intégrer avec des messages du type « tu es toujours en retard », « la vie est une course », « il ne fait pas perdre une minute ». Avec un tel driver, nous sommes de nature impatiente, nous courons après le temps, sans vivre le moment présent. Nous ne nous écoutons pas, nous ne respectons pas notre rythme et nos besoins. C’est source de stress et de la tenue d’un planning souvent irréalisable.
  • « Fais des efforts » que nous avons pu intégrer avec des messages « on n’obtient rien sans effort », « on n’a rien sans rien » ou « on doit toujours en faire plus ». Avec un tel driver, nous apprenons à nous compliquer la vie, dans les tâches du quotidien ou dans notre travail. Nous nous fixons des objectifs irréalisables. En mettant la barre trop haute, nous sommes dans une sorte de lutte sans fin. Nous pouvons même penser que le respect et l’amour des autres se méritent.
  • « Fais plaisir » que nous avons pu intégrer par des messages du type « sois sage » ou « sois gentil(le) ». Avec un tel drive, nous vivons dans la peur constante de décevoir les autres ou de ne pas être aimés. Les autres passent avant nous. Nous avons des difficultés à écouter nos besoins et à poser nos limites face à l’autre notamment en lui disant non. Nous pouvons même culpabiliser de n’avoir pas répondu à une sollicitation extérieure.

Chacune et chacun d’entre nous avons certains de ces drivers qui nous guident tout particulièrement. Il est important d’en prendre conscience pour sortir de son conditionnement.

Alors ce serait illusoire de penser que nous pouvons nous en libérer totalement.

Toutefois, en mettant plus de conscience sur nos faits et gestes, cela permet de nous sortir du mode « automate » et ainsi d’être et d’agir plus en adéquation avec qui nous sommes réellement.

Pour revenir à mon propre cheminement, longtemps, j’ai cru que je devais me conformer à ce que je pensais que je devais être et faire ce que je croyais que je devais faire !

J’ai été longtemps en quête de sens avant de décider de changer de vie pour me construire une vie en cohérence avec mes aspirations et mes valeurs. C’était plus simple à dire qu’à faire !

Pourquoi ?

Je me suis retrouvée confrontée à mes propres conditionnements qui pouvaient me limiter dans mes élans ou alors dans le passage à l’action. Cette décision a nécessité une période de reprogrammation, un peu comme un ordinateur qu’on remet à jour pour y apporter de nouvelles fonctionnalités.

Comment ai-je fait ?

J’ai déporté mon regard et je me suis observée, notamment à chaque fois que je sentais une disharmonie à l’intérieur de moi. Tel était le cas, si je disais oui à une sollicitation extérieure alors qu’une part de moi pensait le contraire.

Alors que j’avais compris certains de mes schémas limitants, notamment le driver « fais plaisir » qui pouvait me guider dans mon quotidien, je suis restée un certain temps dans cette situation inconfortable. En fait, il y avait une part de moi qui me maintenait dans mon habitude d’agir de telle manière dans telle circonstance, alors qu’une autre part de moi s’en voulait d’agir de la sorte. Pour la confiance et l’estime de soi, ce n’est pas l’idéal.

Et puis, j’ai changé ma manière de faire en me positionnant, en déclinant une invitation par exemple.

Et justement, il y a la phase d’introspection où l’on met de la conscience notamment en apprenant à mieux se comprendre.

Ensuite, intervient la phase que j’appelle de mise en mouvement, qui consiste à poser des actions concrètes à la suite de nos prises de conscience permettant de matérialiser le changement souhaité.

Pour faciliter ce travail, je me suis fait accompagner par le biais de plusieurs techniques différentes dont le coaching.

Lorsque vous décidez de changer quelque chose dans votre vie qui ne vous convient pas ou qui ne convient plus, je vous conseille de poser des actions concrètes pour matérialiser ce changement.

Après une prise de conscience, c’est important de se mettre en mouvement pour concrétiser et installer le changement souhaité. Malheureusement, la prise de conscience ne suffit pas.

C’est dans cette dynamique que je vous encourage à affirmer votre singularité, en agissant selon vos valeurs et vos aspirations, pour incarner pleinement qui vous êtes.

C’est d’ailleurs pour cela que je lance les accompagnements individuels auprès des femmes pour les aider à matérialiser les changements qu’elles souhaitent apporter dans leur vie.

Dans la mesure où nous avons tous notre propre singularité, il me semble important de proposer un accompagnement sur-mesure et adapté selon vos besoins spécifiques que nous définirons lors de la séance découverte de 30 minutes.

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à me contacter en remplissant le formulaire sur mon site internet.

Pour clôturer cet épisode, après une prise de conscience, je vous conseille de poser des actions pour matérialiser les changements que vous souhaitez apporter dans votre vie, qu’il s’agisse de grande ou de petite action.

Share This